Who the Hell is Vae Bataille ?


Mes parents m'ont nommé Vanessa. C'est pas parfait, mais c'est ok, le V reste ma lettre préférée. J'ai plus que 30 ans, mais j'aime me dire que des fois j'ai 9 pis des fois j'ai trois-cent... que je suis perdue quelque part entre les deux. Ma date d'arrivée sur terre est le dix août et ma date de retour à la terre reste encore inconnue à ce jour. La mort fait de moi une être humaine, faillible et imparfaite. C'est ce qui a de plus beau. Je suis née à Chicoutimi, au Saguenay, au bout de la 175, ce qui fait de moi une québécoise qui sait ce que c'est de la tourtière (la vraie), pis qui entretient fièrement un accent de bas-de-village bien prononcé. Ch'sé ! (traduction : je sais). J'ai d'autres qualités.


Mon signe astrologique solaire est le Lion, mon signe lunaire est le Cancer et mon ascendant est la Balance. Bien que je ne connais rien à l'astrologie, j'aime me dire qu'à première vue, tout semble bien équilibré. Le Lion représente le Soleil, Le Cancer la Lune et la Balance, au centre de ce duel, fait bien ce qu'elle peut pour gérer la tempête. La dualité se traduit chez moi par un spectre infini de possibilités. Rien de parfaitement bien ni parfaitement mal, mais tout cela à la fois.


Mes deux mots préférés sont fuck pis constellation. L'un me permet de ponctuer toutes les phrases importantes, l'autre me permet de voir plus loin, très loin. Mais bref, en parlant de mots et de lettres, pour revenir au nom que l'on m'a attribué sans mon consentement, j'ai plutôt choisi de brandir le nom de Vae Bataille pour signer mes projets créatifs. Le tout, non seulement pour m'orner du nom d'un de mes auteurs et philosophes préférés George Bataille, mais aussi parce que l'assemblage de ces lettres est ce qui a de plus rouge passion dans mes yeux d'enfant-synesthésie. Par respect, ne m'appelle pas Vanessa.


La synesthésie. Mis à part ce phénomène neurologique étrange qui me permet de créer des liens entre tous mes sens, je n'ai pas été bénie par les petites mains douces des anges, c'est plutôt tout l'inverse. Je n'ai aucun don, aucun cadeau, ni aucune capacité ésotérique ou métaphysique qui me vaut une place légitime dans ce que l'on a l'habitude de retrouver dans une communauté spirituelle.


Je n'ai jamais échangé avec un cristal, jamais vu de fantôme, jamais canalisé d'aura, jamais dansé avec les racines d'un arbre, jamais discuté avec mes ancêtres décédés, jamais guéris qui que ce soit de mes mains, ni jamais performé d'exorcisme... du moins, de manière tangible. Mon imagination hyper-développée est la seule raison pour laquelle je suis ici, non par parce qu'elle est plus spéciale qu'une autre, au contraire, tout simplement parce que je lui fais confiance.


J'ai longtemps collé sur mon système identitaire l'archétype de la sorcière, sans qui je n'aurais jamais été aussi loin et aussi haut dans mon développement autant personnel que spirituel. Bien que cette étiquette restera à jamais agrafée sur les tapisseries de ma poitrine, je ne la vêtis plus comme avant. L'Univers de la sorcellerie est merveilleux, fascinant, sombre à souhait... d'une lumière qui me rappelle celle de l'infini. C'est pourquoi je ne l'oublierai pas, elle est là pour rester, à jamais. Par contre, ce qui m'attire encore plus aujourd'hui, c'est ce qui se cache derrière toutes sorcières, soit un être humain. Tout simplement.


J'ai changé.


L'être humain est devenu ma plus grande passion, bien au-delà de la magie ou de la sorcellerie. Et si je pouvais passer ma vie à étudier cette entité dans le but de comprendre chacun de ses comportements, ses fonctions, ses systèmes et ainsi de suite, c'est ce que je ferais. C'est ce que je veux faire. Où vais-je est une question à l'écho éternelle qu'inconsciemment je souhaite ne jamais trouver réponse ! Peut-être que le public sera toujours là, avec moi un peu plus loin, ou non qui sait ? Dans tous les cas, j'accepte l'incertitude.


J'ai plusieurs tatouages sur le corps, certains t'intéressent, d'autre non. Un Renard en colère constante sur le bras qui me garde méfiante, la pleine lune sur la main gauche qui me rappelle sans cesse que la beauté du monde me rend infiniment capable de tout et le sigil de Lucifer sur la main droite qui m'incite à bâtir mes empires sur ma propre et unique vérité. Je reconnais que ce tatouage créer beaucoup de questionnements en ceux qui entre chez moi. Ce qui est tout à fait légitime. Mon affection pour les entités démoniques est aussi grande que mon affection pour les maux de l'univers, ceux qui m'inspirent chaque jour à voyager au travers de l'ombre, ou plus précisément, au travers de la résistance à la lumière.


Il y a en moi des dimensions extrêmement sombres, autant que lumineuses. J'ai passé plus que la moitié de ma vie à être en colère. Blessée, j'aime dire aujourd'hui. Lors de mon adolescence, je n'avais aucune foi en l'humanité et le mépris était mon meilleur allié. Le seul, en fait. Les gens autour de moi me fuyaient comme on fuit la pire des maladies et on a une idée de ce à quoi ça peut ressembler aujourd'hui. Les gens me fuyait avec raison, car c'était ce que je voulais. J'étais à la maison, parmi les vilains.

Lucifer, Azazel, Belial, Paimon, Vine, Astaroth, Lilith, Capitaine Hook, Ursula, Scar, Draco Malfoy, Voldemort, Joker, Hannibal Lecter, Thanos, Michael Myers, ainsi de suite.


J'étais incomprise. Eux aussi.


À l'étude de ce sentiment d'incompréhension, j'ai réalisé que j'étais agressive, méchante, violente, soit, loin d'être une personne inspirante et c'est ce qui m'a motivé à travailler sur mes conflits, ou plutôt, en collaboration avec mes conflits. Chose que j'ai fait, jour et nuit et encore à ce jour, et c'est ce qui fait que je suis là pour en parler aujourd'hui. Tout est différent aujourd'hui. Et pour la suite, je suis terrifié, certes, mais curieuse de savoir ce qui sera différent demain.


La spiritualité

Au départ la spiritualité était pour moi extrêmement gênante et malaisante. Il était impossible pour moi de m'approcher de près ou de loin d'une personne aux couleurs de cette étiquette. Venant d'un milieu beaucoup plus théorique et scientifique, ces voies me répugnaient... et si à l'époque j'avais su que je gagnerais ma petite vie avec des tirages de tarot j'aurais probablement été choqué ou vraiment dégoûté. Ou tout cela à la fois.


Il est maintenant facile pour moi de résumer ma vision de la spiritualité en une seule phrase. Se découvrir soi-même et du même coup, découvrir l'univers. Vice versa. Pour ce faire, j'utilise les notions enseignées par la Black Magick - Left Hand Path, je m'inspire des principes proposés par la Magie du Chaos., et je travaille avec les méthodes du Shadow Work proposées à l'époque par, entres autres, Carl Jung. Bien que ces approches semblent vicieuses à première vue, de là viennent mes plus grandes inspirations spirituelles.


Prendre et laisser font partie de ma philosophie.

C'est ce qui me permet d'être aussi créative.

Assembler ses inspirations est la clé de la créativité.


Il est important de prendre note que rien de moi entretient un lien quelconque avec la Wica-Wicca, la Magie blanche, le LightWorking ou toutes autres pratiques et religions connexes, bien que je les respecte profondément.


Autrement, est-ce que le fait que je sois attiré par le côté sombre du monde fait de moi une être humaine qui embrasse le mal, méprise l'humanité, rit avec la mort, prône la violence et boie à la bouche de la haine ? J'aime me dire que si cela existe dans l'univers, c'est que tout cela existe quelque part au travers de moi. Au même titre que l'amour inconditionnel, la compassion, la joie, l'inspiration, la gratitude, la reconnaissance et l'ouverture. C'est ma manière d'être cohérente dans mon approche.


De reconnaître que tout existe, autant à l'extérieur qu'à l'intérieur de nous c'est pour moi la base de toute évolution spirituelle. Cette notion me permet de prendre de l'expansion. Et de prendre de l'expansion, c'est à mon avis, mon seul et unique travail en tant qu'être humaine terrestre.


Mes valeurs

Prendre de l'expansion est ma plus grande valeur et cette valeur m'inspire à prendre contact avec mes plus grands désirs. Les désirs sont le moteur de l'évolution. Plus j'ai de désirs, plus j'avance dans mon cheminement autant spirituel que personnel. Le fait que de prendre de l'expansion soit à la base de ma fondation quotidienne me permet de me remettre en question constamment, d'apprendre de mes erreurs et de craindre de moins en moins le changement.


Je change, tous les jours. Je change et j'évolue à un point où je me demande présentement si ce que j'écris ne serait pas complètement différent si je l'avais écrit demain. Et c'est ok. Je ne m'en veux plus de changer, au contraire, je célèbre, car le changement c'est n'est pas une étape, mais la finalité d'un processus. Bien que lorsque l'on parle de changement, cela vient souvent avec la perte de quelque chose. Oui, je suis prête à perdre inconditionnellement, si c'est pour tout gagner en retour.


Juste après l'expansion se trouve la compassion. Source infinie d'apprentissage qui me gardera sur le qui-vive pour le restant de mes jours. Il est impossible pour moi de concevoir qu'elle a une limite d'expérimentation terrestre. La compassion est un état de pure compréhension, là où voir, entendre et sentir les fissures de l'univers est accessible. De comprendre ces fissures, c'est d'être en mesure d'agir envers elles et envers nous-mêmes avec amour inconditionnel, sans jugement. C'est pourquoi je brandirai cette valeur jusqu'au bout de ma vie... ou jusqu'à ce que la violence du monde me passe sur tout le corps. Je refuse de vivre dans une dimension où faire preuve de compassion est considéré comme futile ou faible. Au contraire, la compassion est le chemin le plus difficile à traverser et c'est celui que j'ai décidé d'emprunter.


Finalement, c'est l'excellence qui suit la compassion de près dans ma trinité de valeur. Bien que cette valeur me cause énormément de complications au quotidien, surtout au niveau relationnel, elle est là pour rester. Mon désir de perfectionner ma pratique, d'étudier toutes les nuits et d'amener sans cesse mes expériences et mes ambitions à des niveaux supérieurs est presque chaotique. Je le reconnais, mais cette passion extrême pour l'excellence fait partie de mon identité, je la choisis consciemment. Intensité qui peut de toute évidence être un gouffre brûlant à supporter pour les gens autour de moi. C'est pourquoi il est nécessaire d'être extrêmement solide et stable pour m'entourer au quotidien. Signer un pacte avec Azazel ou être mon ami est un combat similaire. Cadeau ou poison ? Plutôt poison, mais qui m'offre en retour la capacité de me dépasser et de me dépasser c'est le cadeau que je me fais.


Le plus important lorsqu'il est question de valeur, c'est de leur offrir le mouvement qu'elles nécessitent. Plus précisément, il est primordial de les remettre en question, et ce, à la vitesse de notre évolution. Nos valeurs changent, elles se transforment et de les laisser suivre leur court est essentiel, surtout lorsqu'on s'engage sans condition à l'étude de l'inconscient.


Mes intentions

J'ai commencé à bâtir ces projets, soit ceux de partager mes idées, mes mots et mes créations sur YouTube, et ce, avec la même intention avec laquelle je vais les terminer, soit en suivant mes joies. Suivre mes joies est et restera à jamais ma plus grande intention. Si je me retrouve devant toi, dans tes écrans et dans tes courriels c'est que mes passions m'auront poussé à le faire. Je promets que le jour où je ne ressentirai plus de bonheur de faire ce que je fais, je ferai l'honneur de quitter cette communauté avec la tête bien haute et le sentiment d'avoir accompli quelque chose.


Le but de partager ma pratique et mon cheminement était à la base d'archiver mon évolution. J'ai toujours été une archiviste assidue. Je tenais mes journaux à jour même avant de savoir écrire. Ma vie est ma légende préférée et de l'aborder de cette manière me permet sans cesse de la revisiter, à ma manière. Bien que je suis une ermite renommée dans mon milieu social, c'est mon imagination qui me permet d'explorer et d'expérimenter, c'est là où je trouve ma plus grande liberté.


Mon imagination me permet de créer et YouTube me permet de rendre le tout tangible. Cette plateforme est devenue mon sanctuaire, là où j'ai la possibilité de jouer avec les mots, la musique, le vidéo, le montage, la photo et j'en passe. C'est pourquoi l'on retrouve autant de contenu différent sur ma chaîne. Des notions, de la théorie, des images, de la poésie, de la musique, des réflexions, des inspirations, des propositions, des vlogs muets, ainsi de suite. Je suis là pour expérimenter, à ma manière avec mes propres intérêts et j'ouvre avec vulnérabilité la porte de mon terrier pour t'inviter à assister à mon évolution, ce qui veut dire que j'expose avec honnêteté autant mes erreurs que mes réussites. Acceptes-tu mon invitation ? n'est pas une proposition comme les autres ni une citation futile, elle offre la liberté qui revient au public de prendre, de laisser, de partir et de revenir. Et c'est avec tous mes coeurs et tout de moi que j'accueille à bras ouverts.


Maintenant, pourquoi ne pas se pencher sur les intentions qui ne font pas partie de mon panthéon.


Je n'ai pas comme intention d'aider les gens, au contraire. Ce n'est pas mon but ni même une ambition. Je n'ai pas peur de le dire, haut et fort, je ne veux pas t'aider. Le verbe aider ne fait pas partie de mon vocabulaire. Je reconnais profondément que la seule entité que je peux aider sur cette terre, c'est la mienne. Chaque être humain a son propre cheminement dans lequel je ne peux et ne veux interférer. Ce que j'exprime ouvertement depuis déjà presque trois ans, c'est ma thérapie. Celle qui m'appartient et qui me sauve la vie et peut-être que du même coup elle fait du bien aux autres aussi.


Le fait de ne pas avoir l'intention d'aider, de guérir ou de changer les gens autour de moi me permet de les reconnaître et de les accepter tel qu'iels sont ou en d'autres mots, d'aimer sans condition, au mieux des limites de ce que je connais de l'inconditionnel. Ce qu'il y a dans mes yeux, ce n'est pas des Lanternes brisées qui ont besoin d'aide, mais des lumières qui cherchent l'inspiration pour évoluer.


De m'aider moi, seulement, et de changer à la vitesse de mon évolution transforme l'intégralité de mon environnement. D'incarner le changement en soi, de l'intérieur, est la seule et unique manière de modeler l'univers. Rien d'autre. Bien que cette citation, je ne veux pas aider les gens, peut sonner dure, elle est pour moi ma plus grande force de mon approche. Celle de ne pas vouloir changer qui ou quoi que ce soit, mais plutôt de chercher à comprendre.


De plus, je n'ai pas l'intention, au travers de mes projets, d'offrir mon opinion sur tout et n'importe quoi. J'ai, avec le temps, emmagasiné assez de maturité à ce niveau pour reconnaître que mon opinion n'est pas toujours pertinente, ni valide, ni légitime. Bien que l'excellence fait partie de mes plus grandes valeurs, je sais aussi reconnaître avec précision quel est mon champ d'expertise. La créativité, l'unicité, la philosophie, l'Art de créer des liens, le tarot, la poésie, l'inspiration, l'imagination, l'apprentissage et l'expérimentation forgent les murs de mon empire. Je reconnais donc que je ne suis pas en mesure d'offrir une pensée éclairée et de qualité sur la politique, les enjeux sociaux, la culture et l'histoire, par exemple.


Dans un cas comme aujourd'hui, là où le monde entier s'engage dans un processus de séparation encore jamais égalé, il est préférable pour moi d'écouter pour entendre, de regarder pour voir et de m'ouvrir pour ressentir, le tout afin de comprendre les fissures de l'humanité. Créer avec mes plus pures intentions et valeurs, est mon devoir. C'est ça mon devoir, car de mon côté, c'est ce que je suis apte à faire, avec ce que j'ai comme talent, connaissance et capacité. Certes, j'étudie tous les enjeux, les débats et les guerres, et j'apprends. Apprendre est pour moi le choix le plus astucieux et le plus sage lorsque je me retrouve dans un espace que je ne comprends pas encore. C'est pourquoi je refuse d'ajouter du bruit dans l'écho sans fin de l'humanité qui se divise.


Mes prières se retrouvent entre les mots que j'assemble, les images que je fabrique, les réflexions que j'offre et l'amour que j'anime à ma manière, et ce, pour qui sache me recevoir.


Avoir foi est mon plus grand talent.

Et en l'humanité, j'ai infiniment foi.

Même si ça fait mal, parfois.


Mon devoir

Devoir est un verbe fascinant qui s'est longtemps traduit par des siècles de briques sur mes clavicules déjà cassées. Ce n'est que tout récemment que j'ai compris que ce que je dois, aujourd'hui, à cette communauté qui m'accueille et aux lanternes qui me suivent dans mes aventures, c'est mon authenticité, à la limite de ce que je connais de mon authenticité à ce jour. Tout simplement. Rien d'autre. Et n'est-ce pas la plus belle chose à offrir ? Je travaille jour et nuit à penser, étudier, rêver, réfléchir, fabriquer, écrire, monter, filmer et lire pour créer des projets qui animent en moi la passion et le sentiment profond d'offrir le meilleur de moi-même et aussi parfois le pire, parce qu'à cette étape on reconnait que l'un ne va pas sans l'autre lorsqu'il est question d'authenticité.


Tout ce que j'offre et propose prend l'intégralité de mon temps, de mon énergie et plus encore et c'est pourquoi il est important pour moi de souligner que lorsque j'apparais ici et là sur les réseaux et les plateformes de partage, c'est que j'ai envie de le faire et que je suis là avec tout de moi.


Et c'est tout ce que je -dois-.

Et c'est tout ce que je te -dois-.


Mon travail

J'ai passé deux ans sans salaire, ou presque, à manger de la passion et des ambitions pour déjeuner, à m'habiller de vieux rêves et de convictions déchirées, à jouer à faire semblant de sortir de mon terrier pour faire des activités et je n'ai jamais été aussi heureuse de toute ma vie. Bâtir des empires sur des rêves prends du temps et de l'énergie et j'espère être en mesure, un jour, d'y arriver. Je reconnais à cette étape que le processus est plus pertinent que la destination. Mon rêve était d'être en mesure de suivre mes joies et c'est ce que je fais aujourd'hui. Je créer, je joue, je m'exprime, j'apprends, j'expérimente et je partage et c'est la base. Tout ce qui vient ensuite est sujet à l'éternel changement.


Je propose aujourd'hui des formations et du contenu exclusif mensuel qui me permettent de manger un peu plus de passion et d'ambition pour déjeuner. Est-ce mon travail de rêve ultime ? Non, ce n'est qu'un début. Je rêve de faire de la recherche en psychologie et en neurologie, je rêve de reconstruire le système de thérapie au Québec, je rêve de me bâtir une vraie petite boutique thématique de Black Magick perdue en montagne sur rendez-vous seulement, je rêve de faire des ouvrages sur la création d'entités (parts work), je rêve de fabriquer des documentaires gouvernés par la créativité et l'imagination, je rêve de publier des recueils de poésie, je rêve de collaborer avec Vans Canada, je rêve de fabriquer des conférences sur l'assemblage de la spiritualité et de la science, je rêve de partager la beauté du mode de vie écologique et minimaliste, je rêve d'évolution, de compassion, de transformation... Je rêve plus que j'ai de temps et d'énergie.


Peut-être qu'un jour j'arriverai à être rémunéré simplement pour rêver, qui sait ?

Tout est possible.


Éthiques

Concernant mes éthiques, le plus important pour moi est de te mentionner que dans mon travail, j'apprends tout autant que ceux qui s'abonnent à mes services. Je ne suis ni guide, ni mentor, ni guru. J'aspire à devenir professeure, à faire preuve de pédagogie efficace et à être en mesure de bien exprimer l'information et les notions, certes, mais je reste une apprentie, et ce, pour l'éternité. Les programmes de tirage de tarot, les formations et le contenu exclusif que je propose sont basés sur la psychologie d'abord et la spiritualité ensuite. Dans l'optique où l'on considère ces deux sphères comme divisées, car dans ma perspective, il n'y a aucune différence entre les deux. Pour moi, la science est l'une des plus grandes formes de spiritualité. Les plus grands l'on comprit. Einstein, Sagan, Crowley, Jung, Freud, ainsi de suite. Plus on avance dans son cheminement spirituel, plus la ligne entre nos systèmes d'être humain se diffuse, comme une ligne de craie sur un tableau d'ardoise que l'on frotte délicatement. C'est entre autres pourquoi il est important pour moi de considérer chaque Lanterne comme une alliée.


Je collabore.

J'ai tout à apprendre.


Apprendre est profondément mon activité préférée, et étonnamment, l'école a été pour moi un véritable voyage dans le gouffre sans fond de l'humiliation. J'ai été humilié. C'est le mot. Traumatisme qui créer en moi encore de trop grands blocages à ce jour. Le système d'éducation n'a pas été dessiné pour moi et c'est pourquoi il m'est impossible de partager l'entièreté de mon expertise et de mes capacités dans le domaine psychologique, pour le moment. Je n'ai pas de place dans le système scolaire, et c'est ok. L'Université à refuser mes demandes d'étude. Je respecte leur décision. Je ne suis pas psychologue et bien que j'étudie jour et nuit ces notions de mon côté, je ne peux proposer d'échange thérapeutique. Je l'accepte, car la sécurité émotionnelle et psychologique de ceux qui me suivent est ce qui a de plus important pour moi. C'est pourquoi je passe tout mon temps à développer des approches basées sur la créativité et l'imagination, afin de rendre l'étude de l'inconscient plus douce et accessible.


Les raisons pour lesquels je travaille intensément sur ce genre de propositions sont simples. Mon parcours psychologique et émotionnel a été catastrophiques et non seulement les thérapies sont extrêmement dispendieuses, il a été aussi difficile, voir presque impossible, de trouver un.e psychologue qui répondait à mes besoins. C'est pourquoi j'ai pris moi-même en charge, en compagnie de la colère, ma propre santé psychologique. J'ai développé avec le temps et l'expérience des méthodes d'approches personnelles qui ont la capacité aujourd'hui de me soutenir dans mon voyage, et ce, de la manière qui me convient.


Je refuse de mettre sur le dos de la société, du gouvernement et des acteurs de l'univers professionnel en psychologie, mon évolution, mon expansion et ma santé mentale. Ils sont mes alliés, certes, mais c'est ma responsabilité avant tout.



Conclusion

Qui suis-je est, dans mes yeux, la question qui m'a donné naissance en tant qu'être humaine. Comme si j'étais sortie tout droit du ventre de ce point d'interrogation. Comme si j'étais atterri ici spécialement pour tenter de répondre à cette énigme éternelle. Je ne trouverai pas réponse, assurément, par contre, l'étude est fascinante. Les questions sans réponse sont pour moi les plus révélatrices.


Finalement, ce que je souhaite, c'est que chaque Lanterne qui accepte mon invitation dans mon terrier, reparte avec non pas des réponses, mais encore plus de questions. Qui suis-je étant la première. Se découvrir et du même coup, découvrir l'univers...


On ne découvre pas l'univers avec des réponses, mais avec des questions.


Qui sait ?


Avec amour,

Vae